Retour à l'index

 
CADRES DE SANTE
 
 
 
 
 
EPREUVES INTEGREES
 
LIENS
 
MOTEUR DE RECHERCHE
 
 
PLAN DU SITE
 
LES NOUVEAUTES

FABRICE
JACQUART



MYRIAM
LORIDON
 
 
Analyse du phénomène : AUTOUR DE L'EPREUVE INTEGREE

Les discussions :

PROJETS AUTOUR DE L'EPREUVE INTEGREE
THEMATIQUES AUTOUR DE L'EPREUVE INTEGREE

       Elles ne sont plus présentées dans l'ordre alphébétique mais ... en nombre décroissant d'interactions.
Seize thèmes de problématique ont été exposés avec des fortunes diverses. La palme revient à la notion d’identité qui compile plus de 100 messages. 66 autres messages ont animé la discussion autour du doute et 15 celle qui se penchait sur les notions de mobilité et de polyvalence.

Les 15 autres sont restées silencieuses ou muettes... inanimées !
 
Quelle est la période de mue du cadre soignant ?
NDLR : L’actualité, imminente, risque bien de lui donner de la vigueur, de la consistance !

MT : Comme la vigne ou le papillon, la mue du cadre en soins de santé s’opère lors de l’obtention du diplôme, ce p..... de carton ! Pour obtenir ce sésame qualifiant, l’étudiant doit subir une épreuve, un rite de passage : l’EI. Ce forum et le site qui l’abrite s’y destinent autant que l’institution scolaire et certificatrice.

Le rite avait son rythme : juin et septembre sont les deux sessions officielles ou habituelles (j’hésite) de présentation des EI. Un décret, et plus encore l’énergie renouvelée de deux promotions (Eurotestudo et Funambules), ont imaginé un rythme à trois temps et décembre s’est joint. Le management vous a appris qu’organisation et budget présentent des dynamiques différentes, parfois divergentes. La situation nous amène à ne pouvoir organiser que deux sessions de soutenance d’épreuves intégrées. La question devient : quelles sont les deux saisons les plus propices à cette transformation ?

Staelenst : Outre l’intérêt certain que j’avais présenté pour une session en décembre pour des raisons d’ordre législatif, je pense qu’il est impératif de séparer clairement les 2 sessions de passage (j’allais ajouter rituel ...), d’un espace-temps égal.  Je m’explique : entre juin et septembre, il y a 3 mois.  Entre septembre et décembre, il y a également 3 mois.  Pourquoi ne pas organiser les sessions en juin et décembre, qui coupent l’année civile et scolaire en 2 parties, égales ou presque (6 mois) ?

Stéphanie : Je pencherais en faveur de la proposition de «staelenst» avec une session «juin-décembre». Je m’explique. La population ciblée pour la soutenance de l’EI est celle qui a réussi les différentes UF, juin est donc limitatif aux étudiants des promotions antérieures à l’année scolaire en cours. Sur ce seul critère, nous éliminerions cette session.

Cependant, d’autres facteurs sont à analyser avant la prise de décision. Je pense ici à la distanciation face aux concepts étudiés, les temps  nécessaire au recueil et à l’analyse de données, la conciliation entre travail- vie privée et EI. Septembre fait suite aux «grandes vacances», période professionnelle et personnelle plus intense. Elle peut se révéler être un frein à l’élaboration d’avancées conceptuelles significatives. 
De plus, l’espace de six mois entre juin -décembre présentent certains avantages rythmiques.  Il évite une période de neuf mois propice à l’épuisement des étudiants et une de deux mois freinante la maturation de l’épreuve intégrée. Enfin, outre l’avantage pour les étudiants, je pense qu’il y a un avantage professoral. La disponibilité des lecteurs ne s’en trouverait-elle pas augmentée ? Le maître toile, sollicité par tous, ne mérite-t-il pas des périodes de repos ? Sa disponibilité, son organisation ne serait-elle pas améliorée par une rythmique de six mois ?

MT : Précision réglementaire. Tout étudiant bénéficie d’une seconde session en cas d’ajournement. Les dispositions de Communauté Française exigent qu’il est moins de trois mois entre deux sessions (et pas plus de deux sessions !). Pour reprendre le propos de Stéphanie ci-dessus, si l’année scolaire se termine et étant dans l’impossibilité administrative de présenter en juin, il s’avère que la formule septembre/décembre soit utile à réduire cet épuisement y compris en cas d’insuccès. De la sorte, le ratio diplômés/étudiants s’approchera de 1. Il va sans dire que pour participer à cette finalité, toute la communauté peut apporter son écot à la réussite individuelle. Cette phrase fait écho à notre devise nationale comme à d’autres assertions !

Rony : Je ne suis qu’en deuxième, mais je me projette et plaide pour septembre-décembre. Ce qui permet au courageux de bénéficier de 3 mois supplémentaires en fin de troisième pour peaufiner. Quand à ceux qui se donnent le luxe d’une quatrième année, je ne vois pas trop de différence entre attendre 12 mois ou 15 mois. L’idéal serait de pouvoir présenter quand on est prêt, on devrait pouvoir prendre rendez-vous avec le jury dans une période bien déterminée des le début de nos études...mais ça c’est pas possible (pour l’instant).

Haut de page
Soutenance ouverte et sortie de purgatoire
NDLR : Cette expérience, parce que cela en était une, a compté six candidats mais à peine plus de réactions.
                 Avez-vous aussi peur de participer ?
                                            Avez-vous aussi peur de la critique ?
                                                                       Avez-vous aussi peur d’être critiqué ?

MT : Afin de nuancer le protocole des soutenances d’épreuves intégrées, je propose un nouveau challenge. Il s’agit de permettre à la communauté des étudiants (anciens et nouveaux) de mettre le nez ou leur grain de sel dans le déroulement «habituel» de ces présentations. Deux ingrédients sont donc indispensables.

Le premier concerne l’étudiant qui soumet son épreuve intégrée à l’évaluation pédagogique telle que la prévoit la procédure TFE. Volontairement, il soumet par l’intermédiaire du réservoir son travail écrit à l’ensemble de la communauté. Le même jour, sa production serait donc déposée à l’école et mise en ligne (en pâture).

Le second ingrédient fait suite au premier, et donc son préalable. A la lecture, chaque membre peut alors proposer une ou plusieurs questions ou critiques. Ensuite, par l’intermédiaire de ce forum, la communauté élit une ou deux de ces questions ou critiques. Cette question sera dès lors posée à l’étudiant concerné le jour de sa soutenance. Qu’en pensez-vous ? Qui est prêt à tenter l’expérience ?
C’est à vous !

Tibère : Même si le jour de ma présentation est encore loin et tout en sachant que, comme les enfants, les élèves peuvent être plus «méchants» entre eux, ce challenge me tente.
Néanmoins, je demande précision avant d’émettre un avis définitif: si l’élection de cette question se fait via le forum, aurai-je donc le loisir de préparer la réponse avant le jour de la soutenance ?

Vito : Il est vrai que le challenge semble assez tentant. Je suis preneur aussi en me référant à la demande de Tibère: aurait-on le droit de préparer la question ? Je pense même que l’idée de ces questions pourrait concevoir une suite pour les promotions suivantes ou même l’auteur de l’épreuve intégrée. L’idée de laisser en «pâture» son travail peut aussi lui permettre, entre sa remise de TFE et sa présentation, un peu de temps pour apercevoir les avis sur le forum afin de préparer certaines questions auxquelles il n’aurait peut-être pas songer ou remarquer certaines critiques de son travail.
Maintenant reste à voir le style de questions ...

Cloclo : Je suis assez d’accord avec l’idée, cela peut nous préparer aux éventuelles réactions du public (jury).Mais cela peut également nous déstabiliser tout en nous préparant au pire, car comme dit Tibère les élèves peuvent être plus méchants entre eux

MT : Voilà, comme demandé, comme attendu, le processus est amorcé ! Quatre épreuves pour quatre candidats sont accessibles à votre sagacité. En attendant vos questions et commentaires, je vous promets de poser au moins une question de celles qui émergeront de ces discussions.

Les quatre premiers candidats ont été : Catherine, Vincianne, Mélanie et Fabio

MT : La première expérience est restée timide. Une seconde tentative est envisagée pour la session de décembre. Restons vigilants !

                                         Régine et Jean-Michel furent les suivants et les derniers !
 
Télécharger le fichier rassemblant toutes ces discussions, c'est POSSIBLE !
Haut de page